Bandsintown FistBandsintown Text
Search for artists and concerts
Search for artists
Hamburger Menu Icon

Michèle Torr

Apr 7th 2017 @ Theatre d'Abbeville

Abbeville, France
I Was There
Friday, April 7th, 2017
7:30 PM
Theatre d'Abbeville
Abbeville, France
Née à Pertuis, dans le Luberon en Provence, c’est à Courthézon, où elle grandit, que Michèle TORR fait ses premiers pas sur scène à 6 ans, étudie le chant et gagne tous les concours de sa région. « Deux personnes m’ont données envie de chanter, ma mère et Edith Piaf » confie-t-elle. Sa belle histoire commence à Avignon où elle remporte à 14 ans le 1er prix d’un radio crochet et une première partie d’un récital de Jacques Brel. Marquée et émue par la voix de Piaf, bouleversée par Brel, soutenue par ses parents aux revenus modestes, sa mère passionnée de chansons et son père facteur, Michèle poursuit son chemin avec détermination. Elle signe en octobre 1963 son 1er contrat d’enregistrement de disques chez Mercury. Avec ses deux titres « C’est dur d’avoir 16 ans » & « Dans mes bras oublie ta peine », cette jeune adolescente accède au Hit-Parade, est classée Chouchou à Salut les Copains, émission mythique des jeunes de l’époque. Le public adopte tout de suite cette nouvelle artiste et dès lors Michèle TORR enchaîne les succès. Avec ses premiers cachets elle offre une voiture à ses parents. Quelques mois plus tard, au volant du véhicule, sa mère décède dans un accident de la route. Son père est très choqué. Michèle à 20 ans. Elle se retrouve seule, maman d’un bébé de 6 mois et responsable de l’éducation de sa petite sœur de 13 ans. C’est avec beaucoup de force, de courage qu’elle élève sa famille et poursuit sa carrière d’artiste qui grandit chaque année. De nombreuses versions étrangères de ses succès, dont en 1978 « Emmène-moi danser ce soir », (plus de 3 millions d’exemplaires vendu) sont éditées notamment en japonais, espagnol, allemand, italien, anglais... A ce jour elle a enregistré plus de 480 chansons et a été récompensée avec 30 disques d’or et 1 de platine ! Michèle Torr fait sa 1ère tournée en 1964 depuis lors, la scène c’est chez elle. Dans plus de 10 pays, elle triomphe auprès de tout public. En Février 1980, c’est l’événement ! En vedette à l’Olympia de Paris, elle chante à guichet fermé pendant un mois. Recordwoman avec plus de 250 concerts par an dans les années 70 & 80, elle est devenue de plus en plus proche de son large public. Chaque année pour remercier ses plus fidèles spectateurs, elle se réserve une journée avec eux pour fêter son anniversaire. Elle a l’un de plus importants fan-club d’artiste avec près de 500 adhérents. Après s’être offert son 12ème Olympia en 2011, elle prépare au milieu de ses concerts son nouvel album et une importante tournée au Canada pour 2013 avant son show a Las-Vegas. Avec sa présence, son talent, ses magistrales interprétations à cappella, sa voix claire, éclatante, avec ce rien de modulations rauques qui apporte une sensualité douce et prenante elle conquière tous les publics. La scène c’est l’espace où la pudeur la quitte pour faire don d’elle-même, don de son art et prendre le plaisir physique de donner tout simplement. Maurice Chevalier a dit « Elle est née chanteuse, elle a une voix de toutes les époques » Nommée en 1997 Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres par le Ministre de la Culture Français, c’est Line Renaud qui a le privilège de lui épingler sa médaille au nom du Président de la République. Pour la création de la « Rose Michèle TORR » c’est aussi Line qui fait le discours « Il est juste qu’on ait donné ton nom à ce symbole parfait de la beauté alliée à la pureté et à la simplicité,  une rose  blanche, qui orne les Jardins de Bagatelle » de Paris et ceux du parc du château de son village d’enfance Courthézon. Le 2 décembre 2002 Michèle Torr est élevée au grade d’Officier des Arts et des Lettres par le Ministre de la Culture qui la salut comme étant « une bête de scène authentique inscrite dans le meilleur de la tradition de la chanson française ». Dans les années 1980 elle rencontre Sœur Emmanuelle. Sensible à son œuvre pour les enfants défavorisés elle offre la recette de certains de ses concerts. En 2006 elle lance l’action ‘Les mardi de Michèle’ avec Les Tirelires de l’espoir et offre chaque année au mois de mai, un concert pour l’association ‘Opération Orange’ créée par Sœur Emmanuelle dont elle est marraine. Les bénéfices sont destinés aux enfants du Soudan ou avec 1 €uro on nourrit un enfant pendant 1 semaine. En 2007, elle lui rend hommage en créant la chanson « Son paradis c’est les autres » enregistrée avec les petits chanteurs d’Aix-en-Provence et la participation exceptionnelle de Sœur Emmanuelle. Entre deux scènes, Michèle apporte depuis toujours son soutien à différentes associations humanitaires en tant que Marraine ou en participant à leurs soirées. Elle aussi Présidente d’honneur et active auprès de l’association « Ressource » à Aix-en-Provence qui aide les personnes atteintes de cancer et leur entourage. Touchée de près par le handicap, elle est sensible à toutes actions entreprises en faveur de cette cause. Son fils Romain est atteint de la sclérose en plaque et son compagnon est handicapé. Depuis de nombreuses années, elle met sa notoriété au profit de différentes associations, entre autre celles, luttant contre la sclérose en plaque. « La mobilisation, l’engagement de chacun de nous, est important car nous pouvons tous être concernés. Pour certains dès la naissance, pour d’autres au cours de la vie par la maladie ou l’accident. La préoccupation des proches devient alors le bien-être et l’épanouissement de la personne chère à leur cœur. Je reste très dévouée envers tous ceux et celles qui s’investissent pour l’amélioration de la vie de tous ». Michèle TORR ou le triomphe de la sensualité par Géraldine Calbete – Centre France 2003 « Elle a le visage d’un ange et la voix du diable. Cette voix si particulière, à la fois langoureuse, caressante et puissante, aux accents rauques et veloutés, à la tonalité douce-amère qui émane des tréfonds de son être. Michèle Torr possède une attraction presque animale qui vous prend au ventre et vous donne le vertige dans une envolée quasi mystique. Ce qui fait la force de cette artiste hors du commun, c’est sa personnalité, un mélange de fragilité et de glamour flamboyant. Elle est femme avant d’être interprète. Durant tout son concert « les notes caressent les mots, elle a le cœur au bord des lèvres, tendu vers les bravos ». Derrière son regard bleu acier, on devine ses fêlures. Au travers de ses chansons, elle se livre, lentement, prudemment, doucement. Avec une émotion bouleversante elle se paie même le luxe de reprendre le monumental « Non je ne regrette rien » de la mythique Edith Piaf. Son interprétation de ce standard, n’ayant d’ailleurs, dussent les esprits chagrins et les puristes hurler à l’hérésie, au sacrilège et au blasphème, rien à envier à l’original. Durant tout le spectacle, Michèle Torr montre qu’elle « aime son public jusqu’à la déchirure ». Elle a atteint l’inaccessible étoile, celle qui brille au firmament de l’amour et du talent, loin des comètes filantes et éphémères formatées pour des tubes d’un jour. Le public en transe, l’acclame par une « standing ovation » et essuie une larme. C’était un show d’une beauté, d’une grâce et d’une pureté rares, riche de toutes les émotions primales qui font l’être humain. « Il y avait dans ce rendez-vous quelque chose de divin ». Michèle Torr chante l’amour, la passion, la rupture, le don de soi… Ce qui est sûr, c’est que ce brillant gala nous a été donné par une véritable star, et s’il y a dans ce mot un peu de paillettes, il y a surtout beaucoup d’amour. Si du jardin des cieux, au milieu des roses blanches, sa douce maman la regarde, elle a tout lieu d’être fière de sa fille…»