Bandsintown
get app
Sign Up
Log In
Sign Up
Log In

Industry
ArtistsEvent Pros
HelpPrivacyTerms
Apple Jelly Tickets, Tour Dates and %{concertOrShowText}
Apple Jelly Tickets, Tour Dates and %{concertOrShowText}

Apple JellyVerified

793 Followers
Never miss another Apple Jelly concert. Get alerts about tour announcements, concert tickets, and shows near you with a free Bandsintown account.
Follow

About Apple Jelly

Apple Jelly, un groupe inspiré par Kraftwerk, LCD Soundsystem, la Factory, le cinéma et l’art contemporain, né au début des années 2000 dans la banlieue lyonnaise, annonce son 3ème album, « Die, Motherfucker ! Die !!! ».
Cet album aux multiples vies, enregistré en 2013, joué en live pendant des années, attendra 2020 pour être présenté officiellement à son public.

Au début des années 2000, les 2 frères BEnn (chanteur) et Victor (basse) créent leur home studio dans la demeure familiale. Très vite, le duo est rejoint par leur ami SLip qui se chargera de l’identité visuelle (pochettes, animations vidéos, visuels…). Obnubilés par les expériences sonores, le hasard, les « accidents », le groupe sort quelques maquettes et notamment l’EP « Radio B92 » en 2000.

La carrière d’Apple Jelly démarre sérieusement en 2002 avec la sortie de leur 1er album « Home ». Le groupe est sélectionné au Printemps de Bourges en 2003. Les festivals et concerts s’enchaînent avec notamment les Francofolies de La Rochelle, Musilac, les Nuits de Fourvière…

Après 4 années passées sur la route, BEnn et Victor se retrouvent en studio fin 2006 pour enregistrer la suite. Pour cette nouvelle page, les 2 frères décident de prendre le contre-pied de « Home » et se dirigent vers un univers plus pop, plus acoustique, plus ironique… Pendant l’enregistrement, le groupe est programmé aux Bars en Trans. Apple Jelly en profite pour dévoiler son prochain single « Radio ». Ils ne le savent pas encore, mais ce titre leur ouvrira les portes à un public plus large, aux radios (Le Mouv’, France Inter, le réseau Ferarock…), ainsi qu’aux marques (K-Swiss, Palladium, Energy…).
Le mixage du second album appelé « Nanana Club » se termine début 2007 avec Bruno Preynat (producteur de Mickey 3D, Kent…). Cette rencontre sera le début d’une longue collaboration.

Conforté dans sa logique DIY, le groupe sort son album en auto-production début 2008 et « Nanana Club » se retrouve encarté dans les magazines Blackpool et Dedicate. Dans le même temps, un partenariat démarre avec la marque Energy, l’album sera distribué dans les 500 boutiques réparties dans le monde.

Le groupe poursuit son ascension et signe sur le label MVS Records. « Nanana Club » dispose d’une première véritable sortie commerciale en octobre 2008.
Apple Jelly continue à tourner, joue en 1ère partie des Klaxons, Razorlight , Cassius, Franck Black, Just Jack… et commence à sortir de l’hexagone (Angleterre, Suisse, Malaisie, Thaïlande et République Tchèque).

La collaboration avec le label tourne court, le groupe rentre dans une période sombre marquée par le départ de l’un des 2 membres fondateurs, Victor.

Pendant cette période, au delà de quelques concerts, BEnn recommence à composer… seul.
SLip et lui se retrouvent un matin du printemps 2012 pour évoquer la suite. Ils font le constat d’une société en bout de course. Ce sera le thème de leur prochain projet.

Peu à peu, le successeur de « Nanana Club » prend forme. Le (nouveau) groupe rentre en studio début 2013 (une nouvelle fois avec Bruno Preynat) et enregistre les 10 titres qui formeront le 3ème album, « Die, Motherfucker! Die!!! » (titre inspiré par la filmographie de Russ Meyer).

Le nouveau single « Control » est présenté en avril 2013 de la même année avec un clip tourné à Londres. Le titre est déjà bien connu des fans, joué depuis des années sur scène, il a également fait l’habillage sonore publicitaire du Grand Journal de Canal Plus en 2011 avec la marque Energy.

La sortie du clip est accompagnée d’un EP. Le groupe fait quelques concerts et présente des versions alternatives d’anciens titres d’Apple Jelly.
Face aux bons retours du public, les garçons changent de stratégie, repoussent l’album et retournent en studio (avec Bruno Preynat) pour enregistrer ces versions. Ces 4 titres sortent sur l’EP The Fall en octobre 2015, sous le nom d’artiste OH BOY!. L’EP est bien accueilli des médias comme Tsugi ou encore Gonzaï…

Début 2016, le groupe s’est finalement perdu dans des changements de stratégies. Les concerts s’arrêtent et Apple Jelly rentre dans une nouvelle période trouble…

Après 3 ans de silence, le groupe renaît de ses cendres et annonce son retour en 2019. Un nouveau line-up se forme, les 2 nouveaux Axel (synthé) et Théo (Basse / Synthé) intègrent le projet, en 2020 Fat Kick Joe - le batteur d’origine - rejoint la formation, toute le monde se met en ordre de bataille. 7 ans après l’enregistrement, Bruno Preynat reprend le mix de l’album pour lui donner un son plus actuel, autant inspiré par la scène disco punk (LCD Soundsystem…) que le R&B glauque de Billie Eilish.

En mars 2020, le Festival Berlin Music Video Awards sélectionne le clip du titre éponyme « Die, Motherfucker! Die!!! » aux côtés de The Chemical Brothers, Thom Yorke, Foals ou encore Travis Scott.

En parallèle, alors que la France et une bonne partie du monde sont confinés par le Covid-19, la sortie de « Die, Motherfucker! Die!!! » est finalement annoncée.
Show More
Genres:
Electro Disco Punk, French, International
Band Members:
Théo, BEnn., Axel, Fat Kick Jo
Hometown:
Lyon, France

No upcoming shows
Send a request to Apple Jelly to play in your city
Request a Show

About Apple Jelly

Apple Jelly, un groupe inspiré par Kraftwerk, LCD Soundsystem, la Factory, le cinéma et l’art contemporain, né au début des années 2000 dans la banlieue lyonnaise, annonce son 3ème album, « Die, Motherfucker ! Die !!! ».
Cet album aux multiples vies, enregistré en 2013, joué en live pendant des années, attendra 2020 pour être présenté officiellement à son public.

Au début des années 2000, les 2 frères BEnn (chanteur) et Victor (basse) créent leur home studio dans la demeure familiale. Très vite, le duo est rejoint par leur ami SLip qui se chargera de l’identité visuelle (pochettes, animations vidéos, visuels…). Obnubilés par les expériences sonores, le hasard, les « accidents », le groupe sort quelques maquettes et notamment l’EP « Radio B92 » en 2000.

La carrière d’Apple Jelly démarre sérieusement en 2002 avec la sortie de leur 1er album « Home ». Le groupe est sélectionné au Printemps de Bourges en 2003. Les festivals et concerts s’enchaînent avec notamment les Francofolies de La Rochelle, Musilac, les Nuits de Fourvière…

Après 4 années passées sur la route, BEnn et Victor se retrouvent en studio fin 2006 pour enregistrer la suite. Pour cette nouvelle page, les 2 frères décident de prendre le contre-pied de « Home » et se dirigent vers un univers plus pop, plus acoustique, plus ironique… Pendant l’enregistrement, le groupe est programmé aux Bars en Trans. Apple Jelly en profite pour dévoiler son prochain single « Radio ». Ils ne le savent pas encore, mais ce titre leur ouvrira les portes à un public plus large, aux radios (Le Mouv’, France Inter, le réseau Ferarock…), ainsi qu’aux marques (K-Swiss, Palladium, Energy…).
Le mixage du second album appelé « Nanana Club » se termine début 2007 avec Bruno Preynat (producteur de Mickey 3D, Kent…). Cette rencontre sera le début d’une longue collaboration.

Conforté dans sa logique DIY, le groupe sort son album en auto-production début 2008 et « Nanana Club » se retrouve encarté dans les magazines Blackpool et Dedicate. Dans le même temps, un partenariat démarre avec la marque Energy, l’album sera distribué dans les 500 boutiques réparties dans le monde.

Le groupe poursuit son ascension et signe sur le label MVS Records. « Nanana Club » dispose d’une première véritable sortie commerciale en octobre 2008.
Apple Jelly continue à tourner, joue en 1ère partie des Klaxons, Razorlight , Cassius, Franck Black, Just Jack… et commence à sortir de l’hexagone (Angleterre, Suisse, Malaisie, Thaïlande et République Tchèque).

La collaboration avec le label tourne court, le groupe rentre dans une période sombre marquée par le départ de l’un des 2 membres fondateurs, Victor.

Pendant cette période, au delà de quelques concerts, BEnn recommence à composer… seul.
SLip et lui se retrouvent un matin du printemps 2012 pour évoquer la suite. Ils font le constat d’une société en bout de course. Ce sera le thème de leur prochain projet.

Peu à peu, le successeur de « Nanana Club » prend forme. Le (nouveau) groupe rentre en studio début 2013 (une nouvelle fois avec Bruno Preynat) et enregistre les 10 titres qui formeront le 3ème album, « Die, Motherfucker! Die!!! » (titre inspiré par la filmographie de Russ Meyer).

Le nouveau single « Control » est présenté en avril 2013 de la même année avec un clip tourné à Londres. Le titre est déjà bien connu des fans, joué depuis des années sur scène, il a également fait l’habillage sonore publicitaire du Grand Journal de Canal Plus en 2011 avec la marque Energy.

La sortie du clip est accompagnée d’un EP. Le groupe fait quelques concerts et présente des versions alternatives d’anciens titres d’Apple Jelly.
Face aux bons retours du public, les garçons changent de stratégie, repoussent l’album et retournent en studio (avec Bruno Preynat) pour enregistrer ces versions. Ces 4 titres sortent sur l’EP The Fall en octobre 2015, sous le nom d’artiste OH BOY!. L’EP est bien accueilli des médias comme Tsugi ou encore Gonzaï…

Début 2016, le groupe s’est finalement perdu dans des changements de stratégies. Les concerts s’arrêtent et Apple Jelly rentre dans une nouvelle période trouble…

Après 3 ans de silence, le groupe renaît de ses cendres et annonce son retour en 2019. Un nouveau line-up se forme, les 2 nouveaux Axel (synthé) et Théo (Basse / Synthé) intègrent le projet, en 2020 Fat Kick Joe - le batteur d’origine - rejoint la formation, toute le monde se met en ordre de bataille. 7 ans après l’enregistrement, Bruno Preynat reprend le mix de l’album pour lui donner un son plus actuel, autant inspiré par la scène disco punk (LCD Soundsystem…) que le R&B glauque de Billie Eilish.

En mars 2020, le Festival Berlin Music Video Awards sélectionne le clip du titre éponyme « Die, Motherfucker! Die!!! » aux côtés de The Chemical Brothers, Thom Yorke, Foals ou encore Travis Scott.

En parallèle, alors que la France et une bonne partie du monde sont confinés par le Covid-19, la sortie de « Die, Motherfucker! Die!!! » est finalement annoncée.
Show More
Genres:
Electro Disco Punk, French, International
Band Members:
Théo, BEnn., Axel, Fat Kick Jo
Hometown:
Lyon, France

Get the full experience with the Bandsintown app.
arrow