Bandsintown
get app
Sign Up
Log In
Sign Up
Log In

Industry
ArtistsEvent Pros
HelpPrivacyTerms
Peïo Tickets, Tour Dates and Concerts
Peïo Tickets, Tour Dates and Concerts

PeïoVerified

159 Followers
Never miss another Peïo concert. Get alerts about tour announcements, concert tickets, and shows near you with a free Bandsintown account.
Follow

About Peïo

Déterminé, curieux et riche de ses expériences personnelles, le Français Peïo a conçu le deuxième chapitre de sa discographie de A à Z, conviant amis de toujours et musiciens venus d’ailleurs. Résultat, "I Ni Ce" organise en beauté les noces entre chanson française et musique malienne à travers huit chansons inspirées. A baisser les bras, Peïo n’est pas du genre. Le Français- il se prénomme Pierre mais a choisi la traduction basque pour son nom de scène, rendant ainsi hommage à une partie de ses origines- avait porté pendant des mois le projet de son premier album. Remuant ciel et terre, toquant à la porte des labels, allant solliciter les services de musiciens et de producteurs érudits (Seb Martel), il avait consacré le peu de temps libre que lui laissaient sa vie professionnelle et sa vie personnelle à l’enregistrement de son disque. La vie est parfois cruelle : alors que tout était prêt pour la sortie du dit album (L’Ombre et la Lumière), Peïo dut traverser en 2012 des épreuves familiales le rendant indisponible pour en assurer la promotion. Impatient, le marché du disque n’a jamais été facile : il n’a pas attendu le retour de Peïo.« Lors de la sortie de l’album je n’ai pas pu être présent comme je le voulais pour des raisons personnelles. Ca a été difficile pour moi car je m’étais investi à 1000% sur mon projet et je me suis retrouvé avec des dizaines de disques sur les bras. J’ai un moment pensé m’arrêter là. J’étais découragé, je n’avais plus l’énergie de continuer." C’était compter sans le soutien d’un grand nombre de personnes: les musiciens qui accompagnent la trajectoire de Peïo d’abord (Toma Milteau, Pierre Sangra, Alex Tolub, Gabriel Druot…), les radios alternatives, ensuite, qui avaient hissé le jeune homme au sommet de leurs playlists, et le public enfin, qui manifesta ses encouragements sur le net... "J’ai reçu des messages, des invitations à continuer. J’ai ainsi retrouvé l’énergie de poursuivre ce projet et j’ai réalisé que quoiqu’il arrive, j’écrirais des chansons toute ma vie. Et cette fois, je savais exactement où je voulais aller." Pour son deuxième album, qu’il réalisera de A à Z, Peïo a en effet des idées précises : il souhaite des chansons en français, mais portées par des arrangements et instruments africains. Par l’intermédiaire d’un proche, il contacte le musicien Mamah Diabaté, joueur de N’goni dont il avait découvert le talent sur les albums de Rokia Traoré. "Mamah est un musicien extraordinaire avec une personnalité attachante. Il joue et rigole en même temps ! J’aime le côté aérien du N’goni, l’âme que cet instrument dégage." Mamah Diabaté vient d’abord dîner chez le Français : de ce repas, pour lequel le Malien remerciera son hôte chaleureusement, naîtra le nom du disque : I Ni Ce signifie « merci » en bambara. Peïo, touché par les remerciements de son convive, voit dans ce titre l’occasion de rendre hommage à tous ceux qui l’ont soutenu. La galaxie de Peïo, en effet, rassemble aujourd’hui une belle équipe de musiciens, qu’il a fini par surnommer ses "Mermaids" : il y a là les complices Alex Tolub (auteur et compositeur d'une partie de ce disque),Toma Milteau, Pierre Sangra (guitariste chez Alexis HK et Thomas Fersen), Gabriel Druot, mais aussi Julien Lefevre (cello de L), Gaetan Boudy ou l’ingénieur du son Julien Simiand. Tout ce beau monde a participé à ce disque « itinérant », conçu lors de différentes excursions et rendu possible par le soutien financier des internautes amateurs via le site Kisskissbankbank : "Je n’avais pas les moyens d’entrer en studio. Je suis donc allé là où les gens étaient. Le disque s’est fait ainsi, entre mars et juin, au gré des déplacements." Les Mermaids ont agencé autour des chansons de Peïo un bel ensemble instrumental où les batteries côtoient la kora, où le n’goni se frotte au bouzouki, où le violoncelle flirte avec les guitares. Un éclectisme qui va comme un gant à Peïo, artiste aux idées larges. "Au départ, j’ai une culture musicale classique : j’ai fait le conservatoire, j’ai appris la trompette. Mais je me suis ouvert à d’autres choses, j’ai succombé aux albums de The Do, Feist ou Morcheeba. J’aime l’expérimentation, les bidouillages. Je travaille aussi sur un projet electro aujourd’hui, j’ai envie d’explorer plusieurs voies." Nourri de toutes ces influences, Peïo a façonné un disque hybride, trop vaste pour les étiquettes. On y entend de la chanson française bien sûr, et notamment quelques échos de Noir Désir çà et là- la voix du musicien évoquant parfois celle de Bertrand Cantat. "On me l’a souvent fait remarquer. Je prends cela comme un compliment. J’ai poussé la chose jusqu’à aller reprendre "A L’Envers à L’Endroit" sur scène (rires)." Mais on y entend aussi tout ce qui fait la richesse de la musique malienne et de l’histoire des griots (I Ni Ce, Ma Mélancolie). Disque double, I Ni Ce dit merci parce qu’il a aussi beaucoup à donner : on y retrouve des histoires de chutes et de renaissance, de destin et d’embûches (Le Soleil Brille, Etrange lueur -qui accompagne Peïo tout au long du disque-). Si les mélodies sont soignées, Peïo y flirte aussi avec le slam (le très touchant Lalibela) et y transforme un de ses poèmes en chanson (Le Vent du large). Bref I Ni Ce est l’œuvre d’un musicien qui a trouvé sa voie et sa voix- notamment grâce à Geraldine Ross, professeur de chant- elle travaille avec Mathieu Chedid, Vanessa Paradis- dont Peïo aime à dire qu’elle "a fait ce qu’il est aujourd’hui vocalement." A l’hiver 2015, un an après la sortie de l’album, Peïo envisage de traverser l’Atlantique à la voile. Un nouveau challenge pour cet artiste qui se nourrit de défis et de rêves. Don't Waste your Time play music go surfing
Show More
Genres:
Folk, Pop, Chanson Française, Indé, French
Band Members:
Toma Milteau : Batterie et percussions, THE MERMAIDS, Julien Lefevre : Violoncelle, Mamah Diabaté : N'Goni, Pierre Sangra : Steel Bar, guitares, basse et Kora, Bouzouki, Gabriel Druot : guitare, Gaetan Boudy : Guitare, Alex Tolub : Piano

No upcoming shows
Send a request to Peïo to play in your city
Request a Show

Bandsintown Merch

Circle Hat
$25.0 USD
Live Collage Sweatshirt
$45.0 USD
Rainbow T-Shirt
$30.0 USD
Circle Beanie
$20.0 USD

About Peïo

Déterminé, curieux et riche de ses expériences personnelles, le Français Peïo a conçu le deuxième chapitre de sa discographie de A à Z, conviant amis de toujours et musiciens venus d’ailleurs. Résultat, "I Ni Ce" organise en beauté les noces entre chanson française et musique malienne à travers huit chansons inspirées. A baisser les bras, Peïo n’est pas du genre. Le Français- il se prénomme Pierre mais a choisi la traduction basque pour son nom de scène, rendant ainsi hommage à une partie de ses origines- avait porté pendant des mois le projet de son premier album. Remuant ciel et terre, toquant à la porte des labels, allant solliciter les services de musiciens et de producteurs érudits (Seb Martel), il avait consacré le peu de temps libre que lui laissaient sa vie professionnelle et sa vie personnelle à l’enregistrement de son disque. La vie est parfois cruelle : alors que tout était prêt pour la sortie du dit album (L’Ombre et la Lumière), Peïo dut traverser en 2012 des épreuves familiales le rendant indisponible pour en assurer la promotion. Impatient, le marché du disque n’a jamais été facile : il n’a pas attendu le retour de Peïo.« Lors de la sortie de l’album je n’ai pas pu être présent comme je le voulais pour des raisons personnelles. Ca a été difficile pour moi car je m’étais investi à 1000% sur mon projet et je me suis retrouvé avec des dizaines de disques sur les bras. J’ai un moment pensé m’arrêter là. J’étais découragé, je n’avais plus l’énergie de continuer." C’était compter sans le soutien d’un grand nombre de personnes: les musiciens qui accompagnent la trajectoire de Peïo d’abord (Toma Milteau, Pierre Sangra, Alex Tolub, Gabriel Druot…), les radios alternatives, ensuite, qui avaient hissé le jeune homme au sommet de leurs playlists, et le public enfin, qui manifesta ses encouragements sur le net... "J’ai reçu des messages, des invitations à continuer. J’ai ainsi retrouvé l’énergie de poursuivre ce projet et j’ai réalisé que quoiqu’il arrive, j’écrirais des chansons toute ma vie. Et cette fois, je savais exactement où je voulais aller." Pour son deuxième album, qu’il réalisera de A à Z, Peïo a en effet des idées précises : il souhaite des chansons en français, mais portées par des arrangements et instruments africains. Par l’intermédiaire d’un proche, il contacte le musicien Mamah Diabaté, joueur de N’goni dont il avait découvert le talent sur les albums de Rokia Traoré. "Mamah est un musicien extraordinaire avec une personnalité attachante. Il joue et rigole en même temps ! J’aime le côté aérien du N’goni, l’âme que cet instrument dégage." Mamah Diabaté vient d’abord dîner chez le Français : de ce repas, pour lequel le Malien remerciera son hôte chaleureusement, naîtra le nom du disque : I Ni Ce signifie « merci » en bambara. Peïo, touché par les remerciements de son convive, voit dans ce titre l’occasion de rendre hommage à tous ceux qui l’ont soutenu. La galaxie de Peïo, en effet, rassemble aujourd’hui une belle équipe de musiciens, qu’il a fini par surnommer ses "Mermaids" : il y a là les complices Alex Tolub (auteur et compositeur d'une partie de ce disque),Toma Milteau, Pierre Sangra (guitariste chez Alexis HK et Thomas Fersen), Gabriel Druot, mais aussi Julien Lefevre (cello de L), Gaetan Boudy ou l’ingénieur du son Julien Simiand. Tout ce beau monde a participé à ce disque « itinérant », conçu lors de différentes excursions et rendu possible par le soutien financier des internautes amateurs via le site Kisskissbankbank : "Je n’avais pas les moyens d’entrer en studio. Je suis donc allé là où les gens étaient. Le disque s’est fait ainsi, entre mars et juin, au gré des déplacements." Les Mermaids ont agencé autour des chansons de Peïo un bel ensemble instrumental où les batteries côtoient la kora, où le n’goni se frotte au bouzouki, où le violoncelle flirte avec les guitares. Un éclectisme qui va comme un gant à Peïo, artiste aux idées larges. "Au départ, j’ai une culture musicale classique : j’ai fait le conservatoire, j’ai appris la trompette. Mais je me suis ouvert à d’autres choses, j’ai succombé aux albums de The Do, Feist ou Morcheeba. J’aime l’expérimentation, les bidouillages. Je travaille aussi sur un projet electro aujourd’hui, j’ai envie d’explorer plusieurs voies." Nourri de toutes ces influences, Peïo a façonné un disque hybride, trop vaste pour les étiquettes. On y entend de la chanson française bien sûr, et notamment quelques échos de Noir Désir çà et là- la voix du musicien évoquant parfois celle de Bertrand Cantat. "On me l’a souvent fait remarquer. Je prends cela comme un compliment. J’ai poussé la chose jusqu’à aller reprendre "A L’Envers à L’Endroit" sur scène (rires)." Mais on y entend aussi tout ce qui fait la richesse de la musique malienne et de l’histoire des griots (I Ni Ce, Ma Mélancolie). Disque double, I Ni Ce dit merci parce qu’il a aussi beaucoup à donner : on y retrouve des histoires de chutes et de renaissance, de destin et d’embûches (Le Soleil Brille, Etrange lueur -qui accompagne Peïo tout au long du disque-). Si les mélodies sont soignées, Peïo y flirte aussi avec le slam (le très touchant Lalibela) et y transforme un de ses poèmes en chanson (Le Vent du large). Bref I Ni Ce est l’œuvre d’un musicien qui a trouvé sa voie et sa voix- notamment grâce à Geraldine Ross, professeur de chant- elle travaille avec Mathieu Chedid, Vanessa Paradis- dont Peïo aime à dire qu’elle "a fait ce qu’il est aujourd’hui vocalement." A l’hiver 2015, un an après la sortie de l’album, Peïo envisage de traverser l’Atlantique à la voile. Un nouveau challenge pour cet artiste qui se nourrit de défis et de rêves. Don't Waste your Time play music go surfing
Show More
Genres:
Folk, Pop, Chanson Française, Indé, French
Band Members:
Toma Milteau : Batterie et percussions, THE MERMAIDS, Julien Lefevre : Violoncelle, Mamah Diabaté : N'Goni, Pierre Sangra : Steel Bar, guitares, basse et Kora, Bouzouki, Gabriel Druot : guitare, Gaetan Boudy : Guitare, Alex Tolub : Piano

Get the full experience with the Bandsintown app.
arrow