Bandsintown
get app
Sign Up
Log In
Sign Up
Log In

Industry
ArtistsEvent Pros
HelpPrivacyTerms
Vic Vogel Tickets, Tour Dates and %{concertOrShowText}
Vic Vogel Tickets, Tour Dates and %{concertOrShowText}

Vic VogelVerified

271 Followers
Never miss another Vic Vogel concert. Get alerts about tour announcements, concert tickets, and shows near you with a free Bandsintown account.
Follow

About Vic Vogel

Né en 1935 de parents hongrois, Victor Stefan Vogel est aujourd'hui un musicien canadien émérite. Issu du légendaire quartier du Plateau Mont-Royal, Vic Vogel adore raconter souvenirs et anecdotes de jeunesse qui s'y rattachent. C'est d'ailleurs ce même quartier qui vit naître un grand nombre d'artistes de renom de la même génération comme Maynard Ferguson, le romancier Mordecai Richler, Leonard Cohen, le compositeur André Mathieu et le peintre Jean Paul Riopelle (qui paya les frais funéraires de Bud Powell à Paris. Quant à Vic, il interpréta la pièce «Buttercup» aux funérailles de Riopelle à Montréal.) À cette époque, un autre jazzman montréalais tout aussi innovateur, Oscar Peterson, était déjà en train de devenir un grand maître du clavier. Pour sa part, Vic découvre le piano à l'âge de 5 ans lorsque ses parents font l'acquisition d'un piano droit destiné à son frère aîné. Aussitôt fasciné par la musique, le piano et la musique populaire se changent vite en obsession pour le jeune Vic. En l'observant diriger un orchestre imaginaire pendant les émissions de jazz à la radio de Radio-Canada au début des années quarante, ses parents ne se doutaient pas du succès qui l'attendait. Un jour, le rêve devint réalité pour Vic Vogel qui fut invité comme soliste sur les ondes de la même chaîne. Et on ne compte plus les émissions de radio et de télé où il a travaillé en tant qu'arrangeur et chef d'orchestre au cours de sa carrière. Les années cinquante représentent l'âge d'or du divertissement musical à Montréal, où foisonnent les clubs de nuit où on présente des revues burlesques et des orchestres de toute sorte : un contexte idéal pour un pianiste/tromboniste de 16 ans voulant faire carrière. Vic se taille rapidement une place de choix dans la région de Montréal, ce qui lui permet de gagner assez d'argent pour acheter le piano à queue Steinway en montre dans la vitrine des frères Layton, et sur lequel il jouait, sur la rue Ste-Catherine. C'est le propriétaire de Spartan Radios, Bill Layton, qui avança 1800 $ pour le piano au nom de Vic, qui ne mit qu'un an à le rembourser, à 2 % d'intérêt. Bien que le jazz et la musique populaire soient alors devenus une seconde nature pour Vic Vogel, il décide de recourir aux enseignements d'un ancien professeur d'Oscar Peterson, Paul de Marky. De santé fragile, ce dernier lui recommande un collègue, Michel Hirvy. Les conseils de Michel Hirvy permettent à Vic de s'épanouir encore davantage comme compositeur et arrangeur. Mais, comme il le déclare lui-même, Vic dispose de moyens un peu moins orthodoxes pour parfaire son éducation musicale. Par exemple, le jour où Stan Kenton le surprit à scruter les partitions de ses musiciens pendant la pause lors d'une répétition : un véritable crime à l'époque ! Mais M. Kenton préféra s'amuser du zèle du jeune Vic plutôt que s'en offusquer. Une autre leçon aux conséquences plus sérieuses se produisit lorsque Vic Vogel visita le grand pianiste de jazz Lennie Tristano à sa résidence de New York. « Il me demanda de lui jouer quelque chose, se rappelle Vic, et je choisis d'interpréter A Ghost of a Chance. Puis il me colla un sac de poudre blanche au visage et m'ordonna de rejouer la pièce. J'ai été malade comme un chien et Lennie me dit “ que cela te serve de leçon ” . Inutile de dire que je n'ai jamais touché à cette substance par la suite. Parmi les nombreux accomplissements dans son parcours semé de disques or et platine , il importe de souligner le platine attribué pour la partition musicale de Vic Vogel jouée sous sa direction lors des cérémonies des Jeux olympiques tenus à Montréal en 1976. La liste des sommités avec qui Vic a déjà travaillé est, elle aussi, impressionnante : Chucho Valdés, Jimmy Heath, Zoot Sims, Phil Woods, Maynard Ferguson, Jerry Mulligan, Eartha Kitt, Slide Hampton, Cannonball Adderly, Dizzy Gillespie Ann Margaret, Paul Anka, Sammy Davies Jr., Jerry Lewis et Michel Legrand. Rien d'étonnant à ce que Vic Vogel soit la personnification du Festival international de jazz de Montréal, lui qui s'y est produit chaque année pendant 25 ans. Récemment, Vic s'est surtout consacré à des projets pour petits ensembles, pour piano solo ainsi que pour le big band (Le Jazz Big Band, orchestre qu'il dirige depuis plus de 31 ans). Il a, de plus, été choisi pour écrire les arrangements et assurer la direction musicale d'un grand ensemble européen de jazz composé de jeunes de différents pays appelé Swinging Europe . Une quinzaine de concerts plus tard, la tournée européenne du printemps 2005 se termine en sol québécois, avec trois concerts dans la région de Montréal. Cet hommage à la musique d'Oscar Peterson a également fait l'objet d'un CD et sera intégré au film de la chaîne de télévision Radio-Canada sur la carrière de Vic. Ces deux projets seront lancés cet l'automne. Vic et son big band auront, à ce moment-là, terminé une autre tournée avec le légendaire groupe rock québécois Offenbach, autrefois dirigé par le chanteur Jerry Boulet. Vic Vogel est une page vivante du patrimoine canadien.
Show More
Genres:
Jazz
Hometown:
Montréal, Canada

No upcoming shows
Send a request to Vic Vogel to play in your city
Request a Show

About Vic Vogel

Né en 1935 de parents hongrois, Victor Stefan Vogel est aujourd'hui un musicien canadien émérite. Issu du légendaire quartier du Plateau Mont-Royal, Vic Vogel adore raconter souvenirs et anecdotes de jeunesse qui s'y rattachent. C'est d'ailleurs ce même quartier qui vit naître un grand nombre d'artistes de renom de la même génération comme Maynard Ferguson, le romancier Mordecai Richler, Leonard Cohen, le compositeur André Mathieu et le peintre Jean Paul Riopelle (qui paya les frais funéraires de Bud Powell à Paris. Quant à Vic, il interpréta la pièce «Buttercup» aux funérailles de Riopelle à Montréal.) À cette époque, un autre jazzman montréalais tout aussi innovateur, Oscar Peterson, était déjà en train de devenir un grand maître du clavier. Pour sa part, Vic découvre le piano à l'âge de 5 ans lorsque ses parents font l'acquisition d'un piano droit destiné à son frère aîné. Aussitôt fasciné par la musique, le piano et la musique populaire se changent vite en obsession pour le jeune Vic. En l'observant diriger un orchestre imaginaire pendant les émissions de jazz à la radio de Radio-Canada au début des années quarante, ses parents ne se doutaient pas du succès qui l'attendait. Un jour, le rêve devint réalité pour Vic Vogel qui fut invité comme soliste sur les ondes de la même chaîne. Et on ne compte plus les émissions de radio et de télé où il a travaillé en tant qu'arrangeur et chef d'orchestre au cours de sa carrière. Les années cinquante représentent l'âge d'or du divertissement musical à Montréal, où foisonnent les clubs de nuit où on présente des revues burlesques et des orchestres de toute sorte : un contexte idéal pour un pianiste/tromboniste de 16 ans voulant faire carrière. Vic se taille rapidement une place de choix dans la région de Montréal, ce qui lui permet de gagner assez d'argent pour acheter le piano à queue Steinway en montre dans la vitrine des frères Layton, et sur lequel il jouait, sur la rue Ste-Catherine. C'est le propriétaire de Spartan Radios, Bill Layton, qui avança 1800 $ pour le piano au nom de Vic, qui ne mit qu'un an à le rembourser, à 2 % d'intérêt. Bien que le jazz et la musique populaire soient alors devenus une seconde nature pour Vic Vogel, il décide de recourir aux enseignements d'un ancien professeur d'Oscar Peterson, Paul de Marky. De santé fragile, ce dernier lui recommande un collègue, Michel Hirvy. Les conseils de Michel Hirvy permettent à Vic de s'épanouir encore davantage comme compositeur et arrangeur. Mais, comme il le déclare lui-même, Vic dispose de moyens un peu moins orthodoxes pour parfaire son éducation musicale. Par exemple, le jour où Stan Kenton le surprit à scruter les partitions de ses musiciens pendant la pause lors d'une répétition : un véritable crime à l'époque ! Mais M. Kenton préféra s'amuser du zèle du jeune Vic plutôt que s'en offusquer. Une autre leçon aux conséquences plus sérieuses se produisit lorsque Vic Vogel visita le grand pianiste de jazz Lennie Tristano à sa résidence de New York. « Il me demanda de lui jouer quelque chose, se rappelle Vic, et je choisis d'interpréter A Ghost of a Chance. Puis il me colla un sac de poudre blanche au visage et m'ordonna de rejouer la pièce. J'ai été malade comme un chien et Lennie me dit “ que cela te serve de leçon ” . Inutile de dire que je n'ai jamais touché à cette substance par la suite. Parmi les nombreux accomplissements dans son parcours semé de disques or et platine , il importe de souligner le platine attribué pour la partition musicale de Vic Vogel jouée sous sa direction lors des cérémonies des Jeux olympiques tenus à Montréal en 1976. La liste des sommités avec qui Vic a déjà travaillé est, elle aussi, impressionnante : Chucho Valdés, Jimmy Heath, Zoot Sims, Phil Woods, Maynard Ferguson, Jerry Mulligan, Eartha Kitt, Slide Hampton, Cannonball Adderly, Dizzy Gillespie Ann Margaret, Paul Anka, Sammy Davies Jr., Jerry Lewis et Michel Legrand. Rien d'étonnant à ce que Vic Vogel soit la personnification du Festival international de jazz de Montréal, lui qui s'y est produit chaque année pendant 25 ans. Récemment, Vic s'est surtout consacré à des projets pour petits ensembles, pour piano solo ainsi que pour le big band (Le Jazz Big Band, orchestre qu'il dirige depuis plus de 31 ans). Il a, de plus, été choisi pour écrire les arrangements et assurer la direction musicale d'un grand ensemble européen de jazz composé de jeunes de différents pays appelé Swinging Europe . Une quinzaine de concerts plus tard, la tournée européenne du printemps 2005 se termine en sol québécois, avec trois concerts dans la région de Montréal. Cet hommage à la musique d'Oscar Peterson a également fait l'objet d'un CD et sera intégré au film de la chaîne de télévision Radio-Canada sur la carrière de Vic. Ces deux projets seront lancés cet l'automne. Vic et son big band auront, à ce moment-là, terminé une autre tournée avec le légendaire groupe rock québécois Offenbach, autrefois dirigé par le chanteur Jerry Boulet. Vic Vogel est une page vivante du patrimoine canadien.
Show More
Genres:
Jazz
Hometown:
Montréal, Canada

Get the full experience with the Bandsintown app.
arrow