Bandsintown Logo
Saturday, January 13th, 2018
8:30 PM
Dans la lettre imaginaire qu’il adresse à Jean-Sébastien Bach en préface au second volume de son « Think Bach », Edouard Ferlet écrit : « Chacune de tes inventions fait de moi un homme plus vivant, plus présent, plus heureux. » — Ferlet tutoie Bach. Non par prétention mais par proximité, par une familiarité que lui inspire l’intimité qu’il a développée avec sa musique au fil des années. Pas question, pour autant, dans l’esprit du pianiste de vulgairement « jazzifier » Bach ou de faire swinguer ses pièces fameuses. Ferlet a préféré élaborer un répertoire entièrement nouveau qui, sans faire mystère de son inspirateur, tient debout par lui-même, et lui permet, en solo, de s’évader vers ses propres mondes intérieurs, avec autant de fantaisie que de profondeur.