Bandsintown Logo
Sunday, December 31st, 2017
6:30 PM
Fermeture de l'espace photo du 23 septembre au 23 octobre 2017. Après deux ans et demi de travaux, la réouverture du toit de la Grande Arche est l’évènement de ce début d’été ! Une expérience visuelle : Pour commencer, 4 ascenseurs panoramiques emmèneront les visiteurs au 35ème étage, à 110 mètres de hauteur, puis au belvédère et enfin sur un pont promenade situé dans l’axe historique de Paris. La vue sera à couper le souffle ! Une expérience artistique et culturelle : « L’Arche du Photojournalisme » un espace ultra-modulable et ultra moderne de 1.200m² dédié au photojournalisme sous la Direction Artistique de Jean-François Leroy (fondateur de « Visa pour l’image »). Une expérience culinaire : un restaurant de 50 couverts, sous la direction du chef Jean-Christian Dumonet propose une carte de bistronomie, avec une cuisine traditionnelle et chic. Le restaurant est privatisable pour des événements. Du 1er Aout 2017 au 31 décembre 2017 LA GRANDE ARCHE DE LA DEFENSE est ouverte de 10h à 19h. EXPOSITION PHOTO : Eugene Richards - Du 23/10/2017 au 10/01/2018 "La Course du Temps" S’il n’avait pas atteint l’âge de la majorité en 1969, année où les États-Unis menaient toujours une guerre impopulaire au Vietnam, Eugene Richards n’aurait pas été le même photographe, celui qui s’est concentré dès le début de sa carrière sur les problèmes de la société américaine. Après avoir refusé d’effectuer le service militaire obligatoire et en attendant d’éventuelles poursuites judiciaires, il s’inscrit dans un programme d’études supérieures sous la direction de Minor White, photographe d’art, mais se sent de moins en moins solidaire de son pays et de plus en plus en colère contre lui. Il choisit alors de rejoindre en tant que volontaire les forces civiles de VISTA, un programme créé depuis peu dans le cadre de la lutte contre la misère aux États-Unis. À cette époque, il s’intéresse davantage à l’action sociale qu’à la photographie. Affecté dans le delta de l’Arkansas, il travaille auprès des plus démunis. Puis avec d’autres bénévoles, ils ouvrent un centre de services sociaux de proximité et créent un journal local, Many Voices. C’est à ce moment-là qu’il commence à prendre des photos lorsqu’il dispose d’un peu de temps. Son intention est de mettre en lumière ces personnes qu’il rencontre, ces personnes qui doivent lutter pour s’en sortir. Les victimes de la misère, de la ségrégation sociale et raciale, de la violence, les handicapés mentaux qu’on enferme, les soldats durement éprouvés par la guerre, les médecins et personnels soignants harassés, les victimes de la drogue ; il prête à chacun d’entre eux une écoute et un regard attentifs pour nous les présenter à travers des images empreintes de bienveillance et d’empathie, témoignant d’un profond respect pour l’humanité. Les photos de Eugene Richards sont mélancoliques, presque toujours en noir et blanc, et isolant parfois les personnages dans des paysages tourmentés. Pour la première fois à Paris, une grande rétrospective de Eugene Richards présente près de 160 tirages comme autant de témoignages. Présenter le travail de ce photographe majeur nous semblait essentiel.