Bandsintown Logo
Friday, November 10th, 2017
9:00 PM
18 RSVPs
LES OGRES DE BARBACK Les Ogres de Barback remontent tranquillement, a` l’automne 2017, sur les planches. Ah bon, ils les avaient quitte´es ? Oui, quelques mois... apre`s une e´norme anne´e 2014 qui les aura vus ce´le´brer en fanfare, par monts et par vaux, leurs 20 ans de carrie`re accompagne´s de la fanfare be´ninoise Eyo’nle´. Oui, quelques mois... apre`s un bel e´te´ 2016 ou` ils ont partage´ la sce`ne avec le Bal Brotto Lopez, duo de musique traditionnelle occitane. Oui, quelques mois... apre`s avoir fait une vingtaine de tours de piste endiable´s en 2017 pour la reformation de « Un Air, Deux Familles » [les Ogres & les Hurlements d’Le´o], projet emble´matique de la sce`ne inde´pendante franc¸aise du de´but du XXIe`me sie`cle. Ils le disent eux-me^mes, ils ont l’impression d’e^tre monte´s dans un camion en 1994 et de n’en e^tre plus descendus depuis... Parce que les Ogres sont le parfait exemple de ce qu’il est convenu d’appeler un « groupe de sce`ne ». Non pas qu’ils de´daignent enregistrer des albums – leur prolifique production discographique en te´moigne ! – mais parce que c’est par la sce`ne qu’ils ont rencontre´, fide´lise´ et e´largi un public que beaucoup d’artistes plus me´diatise´s qu’eux leur envient. Parce que les frangin(e)s Burguie`re ont toujours estime´ que leur « me´tier d’artisans » consiste a` aller a` la rencontre des gens, d’e´changer avec eux a` travers leur musique. Et, surtout, parce qu’ils aiment toujours autant c¸a, et que le plaisir qu’ils y prennent se ressent, et, donc, naturellement se transmet. C’est pour tout cela que, au milieu de ces projets partage´s avec d’autres artistes, les Ogres sont de retour sur la route, seuls tous les quatre. Mais pas vraiment en tourne´e, pour une fois. Juste pour quelques concerts. Parce que, me^me quand ils prennent un peu de recul pour souffler et se nourrir de nouvelles histoires, ils ne peuvent pas s’empe^cher de revenir re´gulie`rement au contact du public. Et avec quelque chose de diffe´rent a` pre´senter. Car cette e´nergie et cette envie sans cesse renouvele´es depuis plus de vingt ans, c’est notamment dans l’enchai^nement des projets et la diversite´ des propositions artistiques faites au public qu’ils la puisent. C’est ainsi e´galement qu’ils marquent le profond respect qu’ils portent a` leur auditoire. De quoi s’agit-il donc, cette fois ? C’est tous les quatre, seuls et sans artifice, qu’ils souhaitent revenir sur sce`ne. La forme tiendra plus du « concert » que du « spectacle », avec une sce´nographie le´ge`re, les trente- cinq instruments dont joueront ces multi-instrumentistes chevronne´s habillant un plateau sans de´cor mais a` la mise en lumie`res toujours aussi travaille´e. La liste des morceaux est profonde´ment renouvele´e: les Ogres aimant a` puiser dans leur dense discographie, le champ des possibles est vaste. Quoi qu’il en soit, ils de´fendront leur conception de la chanson franc¸aise : de´cloisonne´e et ouverte sur le monde, qu’elle se fasse « classique » ou me´tisse´e, acoustique ou e´lectrique, clin d’œil aux glorieux anciens ou directement en prise avec les sonorite´s du nouveau mille´naire, poe´tique ou survolte´e, amoureuse ou contestataire, pour les petits ou pour les grands ou pour les deux a` la fois... Voila`. Ne reste qu’a` faire re´viser le camion. Et les Ogres rejoindront leur terrain de jeu favori. Celui ou` l’on s’expose, ou` l’on partage, ou` l’on e´change. Celui ou` ils existent pleinement.