Bandsintown Logo
Friday, February 2nd, 2018
8:30 PM
Avec son intrigue mêlant jalousie, suspicion et enquête criminelle (à Londres, un tueur en série assassine des jeunes filles blondes), The Lodger annonce en 1927 nombre de thèmes du cinéma hitchco...

Avec son intrigue mêlant jalousie, suspicion et enquête criminelle (à Londres, un tueur en série assassine des jeunes filles blondes), The Lodger annonce en 1927 nombre de thèmes du cinéma hitchcockien à venir. En mêlant les styles – jazz, valses, « acidité » atonale ou « rythmes sourds » d’aujourd’hui –, Olivier Penard tente de « faire ressentir ce thriller comme une aventure du xxie siècle ».

Lors de ses fameux entretiens avec François Truffaut, Alfred Hitchcock considérait The Lodger comme son premier vrai film. Réalisé en 1927, le long-métrage muet offrait une intrigue rappelant celle de Jack l’éventreur : à Londres, un tueur en série assassine des jeunes femmes blondes. Un homme se présente pour louer une chambre. La fille des propriétaires s'éprend de l'étrange locataire… Pour rendre cette intrigue plus contemporaine, le compositeur Olivier Penard a créé une partition mêlant jazz, valses et sonorités d’aujourd’hui pour « faire ressentir ce thriller comme une aventure du XXIe siècle. » Ce ciné-concert propose donc la projection de The Lodger avec la musique de Penard interprétée simultanément par l’Orchestre Divertimento dirigé par Zahia Ziouani. Autodidacte dont la musique est au carrefour de la création contemporaine, des courants minimalistes, du jazz et de la musique de films, Olivier Penard signe ici une œuvre originale et parfaite pour redécouvrir ce film oublié du maître du suspense.

Lieu : Salle des concerts - Cité de la musique