Bandsintown Logo
Friday, October 13th, 2017
7:00 PM
2 RSVPs
Pour des raisons indépendantes de notre volonté, la tournée de Disiz est annulée. Les places sont remboursables auprès des points de ventes où elles ont été achetées. Merci de votre compréhension. Disiz a 38 ans, a sorti son premier disque alors que débutait le nouveau millénaire, il n'a jamais accepté d'être catalogué. Après sa trilogie entamée en 2012, “Lucide”, “Extra-Lucide” et “Transe-Lucide”, après “Rap Machine”, sorte de retour aux sources sans fioriture en 2015, Disiz enchaîne avec un album inclassable et déroutant. Ce nouvel album est un disque populaire, dans son sens le plus noble. Il raconte des choses de la vie, il égrène des sentiments du quotidien, il ne prend pas ceux qui écoutent pour des cons. Ici, le rap, l'électro, la pop, même le zouk, fusionnent pour accoucher d'un style unique, qui n'a pas besoin de nom. Un style qui a de quoi fédérer les générations, les rivalités, les Humains. Disiz, quand il parle de son disque et de lui, peut citer Saint Just, Schopenhauer, Hemingway, Céline, Tolstoï, Spinoza, George Michael, Madonna, Michael Jackson et Prince, la série d'anticipation Black Mirror comme Drogba ou un anonyme. On avait découvert Disiz la Peste surtout avec le titre “J'Pète les Plombs”, détournement sensible du film “Chute Libre”. Aujourd'hui, il est encore là-dedans: le refus de l'injustice, la frustration de subir sans pouvoir répondre. Disiz n'aime pas les forts qui ne s'en prennent qu'aux faibles, tout comme il n'aime pas les lâches.